Fleurs de papier

Publié le par Babou*




J’ai ouvert ma page blanche,

Pour que mon esprit s’épanche.

La plume guidée par ma main,

Des mots tracés pour vous demain.

Vers vous mon ami elle s’envole

Fleur de papier qui caracole

Par le facteur, déposée

Une lettre de moi comme secret.

J’ai allumé mon ordinateur

Pour que mon esprit sans peur

Trace par le clavier

Quelques mots dans un fichier.

Vers vous mon amie elle arrive

Fleur de papier qui ravive

Un instant de soi partagé

Dans une véritable lettre d’amitié.

Dans un tiroir oublié

Par un nœud rouge relié

Fleur de papier d’amour

Où on pensait « toujours ».

Dans une corbeille jetée

Jamais terminée et froissée

Fleur de papier fanées

Où les mots se cherchaient.

Un jour, enfin achevée

Ma lettre prend le chemin

Qui vers toi demain

Te portera par la dernière levée.

Ces quelques lignes de moi.

Secrets et confidences,

Tendresse et émoi

Juste ce que mon cœur pense.

 

Publié dans Le coin de poésie

Commenter cet article

nath 26/06/2008 07:16

très beau!

Babou* 26/06/2008 08:14


Merci Beaucoup


aimela 24/06/2008 13:42

tes lettres d'amitiés vers tes amis ne sont jamais oubliés dans un tiroir Babou. heureuse de te trouver dans ton petit nid , bises

Babou* 24/06/2008 14:28


Arrêtes tu vas me faire rougir...
C'est grâce à toi qu'il a pu voir le jour mon petit nid, à la suite de ton mail je me suis penchée sur ton blog... cela m'a beaucoup tenté et j'ai créé mon espace à moi. Mais je continue mon
aventure sur la plume...
Bisous et à tout bientôt voisine de blog...
Babou*


lutin 24/06/2008 00:23

Une page blanche quel effroi ! quel concentration pour la remplir, le temps s'arrête, la nuit est passée, tu n'as pas vu le noir, ni entendu les pas sur le trottoir, tu n'as pas senti les muscles se durcir, au matin tu es fourbue, tête vide, page pleine.

Babou* 24/06/2008 08:34


La page blanche pour moi est un grand saut à l'intérieur de moi... Suspension du temps...
Tu le décris fort bien dans ton commentaire...
Un moment ou tout n'existe plus... et on retombe dans la réalité.
Hier par exemple, j'ai voulu un peu m'occuper de mon blog, il n'y a pas longtemps que je l'ai commencé et  donc je voulais l'agrémenter, et soudain douleur dans la nuque... j'avais oublié
le temps passé et ...ma pile de repassage... j'ai du repasser au plus fort de la chaleur.
Au début j'écrivais pour extérioriser mes maux... mais aujourd'hui j'écris pour laisser couler les mots de moi... alors ma page blanche ne me fait plus peur.
A bientôt de te lire et merci de ta lecture.
Babou*


scoobydu41 23/06/2008 14:46

J'aime beaucoup ton texte

Babou* 23/06/2008 16:00


Merci Scoobydu... au moins je sais qu'une de mes fleurs de papier à trouver un destinataire...
Babou*


stellamaris 23/06/2008 13:12

Très beau poème

Babou* 23/06/2008 13:24


Merci beaucoup pour ce commentaire.
Babou*


Théo 23/06/2008 11:08

Bonjour Babou,
ah, les belles "fleurs de papier" ! Même jaunies, même fanées, elles conservent un parfum émouvant, non ?
Merci de ta visite et à bientôt :-)
Théo/Ulysse

Babou* 23/06/2008 13:23


Tu as tout à fait raison... même fanées elles conservent un parfum de nostalgie.
Merci à toi aussi de ta visite et à bientôt
Babou*